• Changer les comportements en adoptant des gestes de réduction dans notre quotidien participe à la maîtrise des coûts de la collecte et du traitement des déchets ménagers.
    En appliquant les bons gestes, on peut réduire la production de déchets de 25 kg par personne et par an. C’est autant de déchets évités à la collecte et dans les installations de traitement.
    Une fois collectés les déchets sont traités dans des installations industrielles telles que les usines d’incinération, des centres de tri des emballages ménagers et les usines de recyclage. Toutes ces installations permettent de limiter l’impact environnemental de nos produits en fin de vie soit en valorisant l’énergie issue de leur incinération ou soit en récupérant les matériaux de manière à les utiliser pour la fabrication des nouveaux biens de consommation. Cependant, ces procédés industriels fonctionnent en consommant de l’énergie et des ressources naturelles  comme l’eau. Le meilleur déchet reste celui qui n’est pas produit.

Pour en savoir plus sur le traitement des déchets consulter la rubrique « Le devenir des déchets ».

  • Réduire sa production de déchets c’est participer à un mode de production et de consommation plus respectueux de l’environnement et de limiter la consommation de ressources naturelles et de limiter les rejets de gaz à effet de serre (GES).

  • Trier ces déchets dangereux (piles, ampoules, engrais..) et limiter leur utilisation permet de diminuer la pollution des sols et de l’eau

En amont de la collecte et du traitement, le bilan environnemental s’en trouve également réduit. Opter pour des gestes de réduction des déchets en plus du geste de tri, c’est limiter le recours aux ressources naturelles (eau, énergie fossile, minerai, bois,…). On estime que 90 % de la matière utilisée ne se retrouve pas dans le produit fini. On parle de sac à dos écologique des produits.  Par exemple, pour fabriquer une brosse à dent, il est nécessaire d’utiliser 1,5 kg de ressources.